Coronavirus ou non, les Américains et les Européens consomment toujours plus d’amandes de cajou. Sur les huit premiers mois de l’année 2020, les importations d’amandes de cajou aux Etats-Unis ont progressé 27,9% par rapport à la même période en 2019 pour atteindre 126 509 tonnes. Dans l’Union européenne (UE), elles ont augmenté de 18,8%à 97 369 tonnes.

Un engouement qui a surtout profité au Vietnam, premier transformateur mondial, mais aussi à certains pays africains, souligne le spécialiste n’kalô. En effet, le Vietnam a vu ses exportations vers les deux principaux marchés mondiaux grimper de 32% à 185 569 tonnes, ce qui représentent près de 83% de l’ensemble des importations sur les huit premiers mois de l’année. Si la Côte d’Ivoire – 5ème fournisseur mondial après le Vietnam, l’Inde, le Brésil et l’Indonésie – a vu ses exportations légèrement diminuées (-2% à 2 858 tonnes), les expéditions ont augmenté pour le Burkina (+27% à 1 393 tonnes), le Ghana (+30% à 1 071 tonnes), le Nigeria (+10% à 896 tonnes), pour les plus volumes les plus importants. Mais surtout, estime n’kalô, les pays africains devraient davantage en profiter dans les prochains mois en raison de la diminution de l’offre vietnamienne, limitée par ses stocks de noix de cajou brute et les pertes enregistrées les mois passés.

D’ores et déjà, la campagne en Afrique de l’Est, qui débute, s’annonce sous de bons auspices pour les exportateurs de noix brutes.